☼♥☼ Présentation ☼♥☼

  • : Le blog de Guipry-Messac
  • : Découvrir la Ville De Guipry-Messac Département : 35 Ille-et-Vilaine FR Population : 7200 habitants en 2020 Superficie : 91.99 km² Densité : 76 hab/km² Altitude : 40 m Longitude : -1.841667 E Latitude : 47.825279 N
  • Contact

☼♥☼ Profil ☼♥☼

  • Guipry
  • A propos de ma Ville..vous permettre de découvrir une jolie station verte...son patrimoine..ses activités .. son Tourisme..!
  • A propos de ma Ville..vous permettre de découvrir une jolie station verte...son patrimoine..ses activités .. son Tourisme..!

☼ Droit et Respect ☼

ATTENTION
Blog Protégé...

Merci de respecter mon Travail
 

Image and video hosting by TinyPic

Droit et Respect


Les photos signées C.Herault et autres sont Copyright et protégées.
Merci de ne pas les reproduire ou les utiliser sans mon autorisation
(En vertu de l'article L.122-4 du code de la propriété intellectuelle)
En vertu de ce même article, je m'engage à supprimer toute photo, dont la publication porterait atteinte au droit à l'image de personnes ou de biens.

 
Merci pour vôtre intérèt et de vôtre fidélité
smiles

Image and video hosting by TinyPic


 

 

600

 

 

 

Recherche

☼♥☼ Mes Liens ☼♥☼

 

 

      Attention
      Blog Déposé
Merci de respecter mon travail


 

S'abonner à rivenzic sur Twitter


Site internet de la CUMA de l'Alliance située à Guipry (Bretagne).

Ecusson Messac

banière Eleveurs d'Idées

logo forum

jean-R.Marsac.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Forums

 

 


 


 

 

 

 

 

LOGO-AMBU-vILAINE.jpg

hebergeur d'image


logo-velo-club-Guipry-Messac.jpg

 

banière Marysam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

logo-volley-Ball.jpg

 

 

 

 

 

logo-Les-Pitr-atteints.jpg

 

 

 

 

 

☼♥ Autres liens ☼♥



 

create avatar


S'abonner à rivenzic sur Twitter

 

 

 

 

 

 

 

 

Site internet de la CUMA de l'Alliance située à Guipry (Bretagne).

logo-arrache--rire.jpg

 

 

 

 

Site de Véronique, assistante maternelle agréée à Guipry.Messac Pipriac Lohéac.

 

 

 

 

 

 

Banière Melissa   

 






 






 

 
 
 



 


          Couleurs d'été

create avatar

 

 

 

 
Af-Collectif.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
smilies
 
 
 
 
 
 
L'ami est un complice qui nous aide à nous emparer du monde. [Francesco Alberoni]

Hier
^^^^^
Aujourd'hui

Les blessures d'amitié sont inconsolables.


Il suffisait d'un mot...

 
Entre,
ce que je veux dire,
ce que je crois dire,
ce que je dis,
 
ce que tu veux entendre,
ce que tu crois entendre,
ce que tu entends,
 
ce que tu veux comprendre,
ce que tu crois comprendre,
ce que tu comprends,
 
Il y a neuf raisons de ne pas communiquer.
Mais essayons quand même :)
[Bernard Werber]

Vous avez une photo de votre ville ou une info à faire passer..Contact ME.

 

^^^^




  
 
 Nous sommes inséparables
Ce n'est pas du matériel de pro...loin de là!

 
Voilà ..c'était à lui..que..
je t'aime..je t'adore..mais je te quitte
Mon Nouvel APN..
Les stars..planquez-vous
 

Mais il parait que ce n'est pas l'appareil qui fait la photo mais l'oeil du photographe!

 
 

Lien pour affichage



le code HTLM à copier

 

<a href="http://guipry-ma-ville.over-blog.com/" target="_blank"><img src="http://i56.tinypic.com/206h9gg.jpg" alt="Image and video hosting by TinyPic" border="0"></a><br>
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 14:30

  A Messac aussi !! Un arbre exceptionnel !!  Un Quercus suber

une petite merveille que ce chêne Liège  qui s'offre à la vue des messacois rue Saint Jacques ! magnifique !!

Photos C.Herault
Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 14:30

Chez nous..elles sont protégées..

à Saint Malo de Phily aussi..je vous laisse deviner ??A la fois mythiques et mystérieuses, objets de peur ou signes de bonheur, 

ce sont les Chauves-souris ..
comme ici..pas loin du lac turquoise..

et puis chez nous..

Les Mammifères ont colonisé la terre et les eaux, les Chauves-souris sont les seuls d'entre eux qui ont colonisé l'espace aérien.

Elles peuvent vous frolez certains soirs de crépuscule lorsqu'elles tournent autour des lampadaires
à la recherche d'insectes à manger

Photos C.Herault

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 14:30

oiseau-séparation-vertPicus viridis
Chez nous..dans les pelouses:le Pic- Vert.. 

Pic-vert.jpg

Qu'il soit mâle ou femelle, Picus viridis a une face supérieure verte, le croupion jaune, la face inférieure gris-vert et le dessus de la tête rouge. La femelle se distingue par sa moustache noire, tandis que celle du mâle est rouge, entourée de noir. Les jeunes sont plus clairs et tachetés.

Cet oiseau mesure environ 30 cm de longueur pour une masse d'environ 200 g.

Les deux sexes ont un cri d'appel très sonore, qui ressemble à un rire. Il lui arrive parfois aussi de tambouriner, en frappant son bec contre une branche sèche un grand nombre de fois successives.

Pic-vert.2014.jpg

C'est un véritable plaisir de le voir arpenter la pelouse à la recherche de fourmis et de fourmilières. Le pivert est de loin le plus grand des pics, de la taille d'un pigeon biset. Son plumage vert et jaune lui sert de camouflage dans le feuillage. Il porte avec une calotte rouge sur la tête et un masque facial rayé de noir, qui le distingue facilement.
Le pic vert ne vient pas souvent dans les jardins, sauf à la campagne. On le voit davantage dans les parcs. Des trois espèces indigènes de pics; c'est le seul qui passe une grande partie de son temps au sol, cherchant son plat favori, les fourmis en creusant des trous pour sortir les insectes avec sa grande langue. Il s'aperçoit aussi perché sur la tranche d'un tronc, à la manière typique des pics. Son bec est alors utilisé pour creuser les bois vermoulus afin d'en extraire les larves. Néanmoins, à l'opposé des autres pics, il tambourine rarement.

Pic-vert-arbre-2014.jpg

Son vol est curieux: il fait quelques battements d'ailes, avant d'entamer un long vol plané, les ailes plaquées contre le corps en lançant son cri typique, une sorte de rire. Au terme d'un vol sinueux, il se pose dans le jardin. Quand il est dérangé, il s'envole d'un vol ondulé en poussant son cri caractéristique, ressemblant à un éclat de rire moqueur. On dit souvent qu'il apporte la pluie, ce qui lui vaut en certains endroits le surnom d'« oiseau de pluie ». Par grand gel, lorsque les fourmilières sont difficiles à éventrer, il s'attaque parfois aux ruches dans lesquelles il pratique des trous afin d'en extraire les occupants. Il s'attaque parfois aux nichoirs.

- source Wikipédia et site ornithologique -

Photos C.Herault

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 14:30

Ailleurs..en Alsace..

La Cigogne blanche est l'oiseau symbole de l'Alsace depuis des décennies pourtant sa biologie est longtemps restée inconnue. Si tous les touristes et tous les enfants savent que dans les légendes elle apporte les bébés et que ses claquettements annoncent le retour prochain du printemps, seule une minorité se demandent pourquoi elles sont encore si nombreuses à Noël en Alsace, alors qu'elles sont sensées hiverner en Afrique à l'abri des conditions climatiques difficiles de nos régions.Elle pèse parfois jusqu'à 4 kg et peut mesurer 1,20m de hauteur. C'est un très bon planeur, grâce à l'envergure impressionnante de ses ailes, atteignant souvent plus de deux mètres.Les cigognes communiquent entre elles par claquettements. Elles en entrechoquent leurs deux mandibules à intervalles réguliers. Une peau orange et noire placée sous la gorge sert de caisse de résonance.Ces sons, associés à des postures particulières, permettent aux oiseaux de communiquer dans différentes situations, comme la défense de leur nid, l'appel de leur partenaire et la reconnaissance.Comment font-elles leur nid ?
Les cigognes cherchent  un emplacement pour y construire leur monumental nid, en général au même endroit que celui de l'année précédente, et font preuve d'un extraordinaire sens de l'équilibre en choisissant le faîte d'un toit ou la pointe d'un poteau électrique comme emplacement idéal.En général c'est le mâle qui commence la construction, parfois sur un ancien nid déjà occupé l'année précédente. Des rameaux de bois , des sarments de vigne, du foin, de l'herbe sont souvent utilisés et entrelacés pour former une plate-forme solide et large :le futur nid. La femelle, attirée par le nid en construction est finalement admise pour les finitions du nid. La femelle utilise des feuilles et des herbes afin d'organiser une cuvette plus accueillante pour les futurs cigogneaux. Bizarrement amélioré d'années en années, le nid peut atteindre plus de 500kg, 2m de diamètre et la hauteur d'un homme.

souce;http://eduscol.education.fr/

Photos M.Orêve

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 18:30

Ẳℓσяѕ σи ѕ'у мєт ؟؟؟؟

Les insectes ont mauvaise réputation : ils piquent, ils mordent, ils grouillent…
L’idée de les consommer répugne et celle de s’en servir comme médicament… on n’y pense même pas !
Et pourtant, ils sont utilisés depuis bien longtemps dans les pays d’Afrique et d’Amérique ..

 

Alors on s'y met ????..A table !!

Photo C.Herault

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 13:32

Rennes;Dans le Parc du Thabor:
Le Chêne liège ou le Quercus suber

Famille des Fagacées, le chêne-liège (Quercus suber L.), est un arbre à feuilles persistantes du genre Quercus (le chêne),  Il est exploité pour son écorce qui fournit le liège. Il est parfois appelé le corcier, le surier ou suve.
Le nom spécifique suber est le nom du chêne-liège, ou du liège, en latin.
Une forêt de chênes-liège s'appelle une suberaie.

C'est un arbre originaire d'Afrique du Nord, présent sur notre territoire depuis 6.500 ans avant J.-C.
Cette espèce prospère en France dans des régions comme la Provence, le Roussillon et la Corse.

 

Cet arbre, qui peut vivre 150 à 200 ans, voire 800 ans et atteindre 20 à 25 m de haut (le plus grand ayant atteint 43 m), ne dépasse généralement pas 12 à 15 m. Il présente un tempérament strictement calcifuge et requiert des températures moyennes annuelles douces (de 12 à 19°C).

Les feuilles, petites (de 3 à 5 cm), alternes, coriaces, ovales-oblongues, sont bordées de dents épineuses et cotonneuses sur leur face inférieure, et persistent sur l'arbre pendant deux à trois ans.

Les fleurs jaunâtres s'épanouissent vers avril-mai, les fleurs mâles, en chatons, et femelles, minuscules, sont séparées sur le même pied.

Les glands oblongs, enveloppés sur la moitié de leur longueur par les cupules, sont réunis par deux sur des pédoncules courts et renflés.

L'écorce épaisse, isolante et crevassée peut atteindre 25 cm d'épaisseur.

 

Le chêne-liège réclame beaucoup de soleil et de chaleur, ce qui explique qu’il ne pousse que dans les régions chaudes. Il ne tolère pas la présence de calcaire et ne se développe donc que sur des sols acides, voisinant avec le pin parasol et l’arbousier. Grâce à un système racinaire pivotant qui lui permet un enracinement très profond, il est capable de bien s’adapter à des situations de sécheresse. 

Utilisation

Utilisé pour ses glands dans l'alimentation des animaux domestiques, pour son bois pour le chauffage et la construction, c'est avec son écorce que le chêne-liège est le plus utilisé. De nos jours, son liège est concassé pour former des granulés qui, portés à 300° C, se dilatent et s'agglomèrent avec sa propre résine sans adjonction d'aucun liant. Sous cette forme, il est employé pour réaliser des panneaux d'isolation thermique et acoustique.

source  Wikipédia et autres du net

~ RENNES Juillet 2014 ~

Photos C.Herault

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2014 6 26 /07 /juillet /2014 18:30

Etre une mouette..24-Juillet-Rennes-mouette.jpgdans cette vie..n' a rien de serein..
celle-çi..affamée..se mélant aux passants rue le Bastard..crie son désespoir et son mal être..

je ne crois pas , comme le dit Sylvain Tesson  dans ses aphorismes sous la lune ..
qu'elle rie et se moque de la gravité..

.. mais qui s'interresse à une mouette de nos jours ?..

Photo C.Herault
Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 13:30

 Les Moineaux... d'ici ou d'ailleurs...les moineaux...

Ombres et Lumières Oiseau.. Au village de Nagatani, vivaient autrefois, dans deux maisons voisines, un  brave homme de vieux et une méchante vieille. Le premier s’appelait Nasakéji, la  seconde Arababa. Le vieux aimait beaucoup les oiseaux. Il avait surtout pour les  moineaux une préférence marquée. Un jour, il en dénicha un tout petit, le prit  chez lui, l’apprivoisa, le nomma Bidori, et le soigna comme son fils. Or,  écoutez ce qui arriva.
Un matin, le bon vieux était allé à la montagne, pour ramasser du menu bois.  Pendant l’absence de son maître, le petit Bidori commit un méfait, bien  excusable à son âge. Il alla becqueter de l’amidon que la vieille voisine avait  déposé sur le devant de sa porte, et qu’elle destinait à la lessive. Arababa  furieuse s’empara du moineau et, pour le punir, lui coupa la langue. L’oiseau,  souffrant horriblement et fort ennuyé d’être devenu muet, ne voulut plus rester  au village. Il se sauva, et alla retrouver sa mère, qui le reçut avec joie et se  mit à le soigner.
Nasakéji revient de la montagne; il ne retrouve plus son cher Bidori. Étonné,  il va prendre des informations chez la méchante voisine, qui lui raconte, avec  un mauvais sourire, ce qui s’est passé.
Arababa s’empara du moineau et lui coupa la  langue.
Nasakéji est devenu tout triste. La maison lui paraît bien vide à présent. La  solitude lui pèse. Un jour, il n’y tient plus. Il part à la recherche du  moineau:5-Mai--Moineau7cali-09.jpg– Bidori, où es-tu? Où es-tu, Bidori? crie-t-il le long des routes et des  sentiers.
Tout à coup, il entend un cri au-dessus de sa tête. Il lève les yeux et  aperçoit un moineau déjà âgé, perché sur une branche d’arbre.
– N’êtes-vous pas Monsieur Nasakéji?
– Parfaitement, c’est moi. Et toi, qui es-tu?
– Moi? je suis la mère de Bidori.
– Pas possible? Et moi qui le cherche partout! Où est-il maintenant, mon  petit moineau sans langue?
– Il est à la maison. Si vous voulez le voir, je vais vous y conduire,  suivez-moi!
Nasakéji leva les yeux et aperçut un moineau perché sur une  branche.
Et l’oiseau prend son vol. Le vieillard, tout heureux à la pensée de  retrouver son ami, court plutôt qu’il ne marche à sa suite. Il arrive ainsi à la  demeure de l’oiseau.
C’est une grotte profonde, creusée dans le rocher. Un grand nombre de petits  moineaux accourent en volant au devant du visiteur, et le saluent avec les  signes de la plus grande joie. On le conduit à la pièce principale, où il  retrouve Bidori. Celui-ci, plein de joie à la vue de son maître, vole sur ses  épaules et, par mille caresses, lui témoigne son affection.
– Eh bien, lui dit le vieillard, veux-tu retourner avec moi! Je suis venu te  chercher. Je m’ennuie depuis que tu n’es plus à la maison.Z'oizeaux batifolantsBidori, n’ayant plus de langue, ne pouvait pas répondre. Sa mère répondit  pour lui:
– Non, dit-elle, je ne veux pas que mon enfant retourne au village. La  méchante vieille finirait par le tuer. Il restera ici, avec sa mère.
Ensuite, on fit asseoir Nasakéji sur un moelleux coussin; on lui servit le  thé, puis on lui donna du poisson à manger et du saké à boire.
Quand il eut fini de manger, il voulut prendre congé de ses hôtes. On essaya  de le retenir, mais il prétexta qu’il avait des affaires pressantes. Alors la  mère de Bidori tira de son coffre deux boîtes en laque, une grande et une  petite. Les présentant au vieillard, elle lui dit:
– Veuillez emporter une de ces deux boîtes, comme marque de ma reconnaissance  pour l’affection que vous avez portée à mon fils. Choisissez celle qui vous  conviendra le mieux.
Nasakéji, qui n’avait pas d’avarice, choisit la plus petite, disant qu’étant  la moins lourde, elle était plus facile à porter. Puis il dit au revoir à  Bidori, à sa mère et à tous les petits moineaux. On l’accompagna à la porte, où  l’on se fit les saluts d’usage, et ils se séparèrent.178Juilletcanaux-Bretonsmoineau-eclusecali-09.jpgDe retour chez lui, le vieillard ouvre la boîte. Quelle n’est pas sa  surprise! Elle est pleine de diamants et de pierres précieuses. Tout joyeux de  cette fortune qui lui arrive, il va de ce pas à la ville, vend tous ses trésors  à un bijoutier, en retire une somme considérable. Avec cette somme, il s’achète  un vaste champ, se fait construire une belle maison, et commence à mener une vie  très heureuse.
La vieille Arababa, ayant appris comment son voisin était tout d’un coup  devenu si riche, éprouva un violent désir de le devenir à son tour, par le même  moyen. Elle s’informa donc avec précision de l’endroit où habitait ce moineau,  qui faisait à ses visiteurs des cadeaux si splendides. Elle résolut d’aller le  voir, pensant bien qu’à elle aussi, il donnerait une boîte.
Lorsqu’elle arriva à la grotte, les moineaux reconnurent tout de suite que  c’était la méchante vieille qui avait coupé la langue à Bidori. Ils cachèrent  tout d’abord ce qu’ils pensaient au fond du cœur. On la reçut fort poliment et  on lui offrit à manger.
Puis, la mère tira de son coffre deux boîtes en laque, une grande et une  petite, et pria la vieille d’en emporter une à son choix.
Arababa, qui n’était venue que dans cette intention, ne se sentit pas d’aise  à la vue des deux boîtes. Pensant que la plus grande contenait beaucoup plus de  trésors que l’autre, elle n’hésita pas une seconde, elle choisit la plus grande  et quitta la grotte.22-Juillet-moineauP1110538cali-09.jpg

Vite, Arababa retourne chez elle, allègre et contente. En chemin, elle fait  de magnifiques projets d’avenir. Elle ira habiter la ville, portera de beaux  habits de soie, offrira de grands dîners aux dames du monde, se promènera en  voiture… Toute pleine de ces idées, elle arrive chez elle, ferme bien la porte,  pour qu’aucun œil indiscret n’aperçoive les trésors qu’elle porte, et vite  entr’ouvre la boîte.

Une multitude de démons s’échappèrent de la  boîte.
Aussitôt voilà que de la boîte mystérieuse s’échappent en poussant des cris  aigus, une multitude de démons. Ils se précipitent sur la vieille, pâle et  muette d’épouvante. Ils s’emparent de tout ce qui leur tombe sous la main. L’un  saisit un couteau de cuisine et coupe d’un seul coup la langue d’Arababa. Un  autre prend des tisons ardents et les lui enfonce dans les yeux. Un troisième  s’empare d’une corde et lui en applique de violents coups. Enfin un quatrième  saisit une massue et assomme la vieille qui ne tarde pas à expirer au milieu  d’indicibles souffrances.
Morale: quand un moineau gracieux vous offrira deux boîtes, prenez toujours  la plus petite.16--21-Juin--Egypte-village-NubienP1090184cali-09.JPG

  2001- fable japonaise..le Moineau sans langue

Photos C.Herault

  Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2014 2 22 /07 /juillet /2014 13:30

Le Robert-le-Diable..9-juillet-VilleP1100603cali-09.JPG

Le Robert-le-Diable a des ailes très découpées.

Le dessus des ailes présente sur un fond orange vif, des marques brunes et des taches claires en bordure.9 juillet-VilleP1100604cali 09

  Le revers est marbré de brun. Replié, le papillon ressemble à une feuille morte.
Les ailes postérieures présentent au revers une tache blanche en forme de C

9 juillet-VilleP1100619cali 09

Le dimorphisme sexuel est léger, le mâle a une envergure de 22 à 24 mm et la femelle de 25 à 26 mm.

9 juillet-VilleP1100626cali 09

Cette espèce produit deux générations par an, la première, à partir de fin mai, plus pâle que celle que l'on rencontre à partir de juillet, en automne et au printemps après hivernage.9 juillet-VilleP1100628cali 09Mâlon Juillet 2014

Photos C.Herault

Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 13:30

Dans le parc du Thabor: un arbre exceptionnel:
Ginkgo biloba
15-Juillet-RennesP1110079cali-09.JPG

L’Arbre aux quarante écus, l’Abricotier d'argent ou Ginkgo (Ginkgo biloba L., 1771) (银杏 yínxìng en chinois) est une espèce d'arbres et la seule représentante actuelle de la famille des Ginkgoaceae. C'est la seule espèce actuelle de la division des ginkgophyta. Elle est considérée comme une espèce panchroniquenote . C'est la plus ancienne famille d'arbres connue, puisqu'elle serait apparue il y a plus de 270 millions d'années. Elle existait déjà une quarantaine de millions d'années avant l'apparition des dinosaures.15-Juillet-RennesP1110075cali-09.JPG

Le nom d’« arbre aux quarante écus » vient du fait que le botaniste français M. de Pétigny a acheté, en 1788, 5 plants de ginkgo à un botaniste anglais pour la somme considérable de 25 guinées, soit 40 écus chaque pied. Le nom d’« arbre aux mille écus » est aussi expliqué par l’aspect de ses feuilles qui deviennent jaunes dorées à l’automne et forment comme un tapis d’or à ses pieds. 15-Juillet-RennesP1110081cali-09.JPG

Le Ginkgo est un arbre de taille moyenne à grande, pouvant atteindre 20 à 35 m. La durée de vie est très importante, celui du jardin botanique de l'Université de Sendai est âgé de 1 250 ans. Selon le principe de coloniarité de Francis Hallé, le ginkgo est un être vivant potentiellement immortel; il n'a pas de prédateurs naturels, ni de parasites ou maladies. Les seuls facteurs externes défavorables seraient l'homme, les aléas telluriques ou climatiques. L’écorce des jeunes Ginkgo est d’abord lisse puis devient craquelée et fissurée avec le temps. Sa couleur varie du brun au gris. Ses feuilles sont uniques parmi les spermatophytes, puisque formées de deux lobes en forme de palmes et ne présentant pas de nervure centrale comme la quasi-totalité des plantes modernes. Dotées d'un pétiole, elles sont insérées sur les rameaux par petits groupes de 3 ou 411 et atteignent de 5 à 15 cm de long. Ces feuilles sont caduques.15-Juillet-RennesP1110078cali-09.JPG

Le Ginkgo est un arbre dioïque, c'est-à-dire que chaque arbre est soit mâle soit femelle. Sa reproduction présente certaines caractéristiques communes avec la reproduction des fougères et d'autres communes avec celle des conifères et plantes à fleurs Le sexe d'un arbre est difficile à déterminer avant la production des organes de reproduction (ovules ou pollen). En effet, seules les femelles produisent des ovules. La plupart des Ginkgo plantés en ville sont des mâles obtenus par bouturage pour s'assurer qu'il n'y aura pas de production d'ovules nauséabonds. La plante arrive à maturité sexuelle entre 20 et 30 ans et sa durée de vie peut excéder
1 000 ans..15-Juillet-RennesP1110074cali-09.JPG

  Ginkgo Biloba  parc du Thabor- Rennes le 15 juillet 2014

~ infos source wikipédia ~

Photos C.Herault

Copyright.2014 ©

Partager cet article
Repost0

~ ~

reconstruction en cours..

Texte Libre

Pour situer sur le blog l'espace réservé  à ce te emplacement